Brasserie Elfique : « Nous nous sommes donné les moyens d’accéder au marché international. »

Pendant plusieurs années, la brasserie Elfique a été, pour son créateur André Grolet, une activité complémentaire. Mais cet ancien boucher solidement reconverti aux techniques de brassage a l’ambition d’en faire une entreprise reconnue, qui produit, exporte et attire les touristes.  Ses premiers pas l’ont mené chez Cide-Socran. 

Crédit photo : L.S.

La Brasserie Elfique porte le nom de la première bière créée par André Grolet. Dès le départ, ce passionné avait son idée : fabriquer un produit localement, bien ancré dans sa région, l’Ourthe-Amblève. Celle-ci n’avait pas encore d’identité brassicole. C’est chose faite depuis l’arrivée du brasseur.  « Dès le départ, je tenais à tout faire moi-même et à ne pas sous-traiter la production comme d’autres brasseries le font. C’est mon choix. Cela me permet de gagner en flexibilité et de construire quelque chose de plus solide dans le temps », affirme André Grolet. Pour l’instant, il est obligé d’utiliser du malt franco-belge, mais son rêve serait de pouvoir favoriser les agriculteurs de sa région.

Cide-Socran a apporté de la crédibilité

C’est lorsqu’il a décidé de passer à temps plein avec l’activité brassicole qu’il s’est tourné vers Cide-Socran. « Ils m’ont aidé à obtenir une bourse de préactivité et m’ont apporté du suivi au niveau du développement du marché. De plus, ils m’ont aidé à réaliser le plan financier. » Pour l’entrepreneur, cette aide a donné de la crédibilité face au monde bancaire, même si, au bout du compte, les banques ont boudé son projet…

« Le soutien des autres entrepreneurs m’a aidé à grandir. »

« A l’époque, dès qu’on parlait d’HORECA, c’était ‘non’ d’avance.  Le parcours a été assez compliqué car je suis dans un secteur qui nécessite forcément des investissements. J’ai donc dû continuer seul, avec mes fonds propres, pendant dix ans. Mais un jour, j’ai trouvé ma solution ! » André Grolet voulait absolument agrandir sa brasserie. Avec un projet de nouveau site de production sous le bras, il a frappé aux portes de sociétés de sa région et a convaincu différents patrons de monter avec lui dans l’aventure. « Le soutien de ces entrepreneurs m’a permis de grandir. Ils m’ont aidé pas uniquement financièrement, mais aussi par leur apport d’expérience. »

Depuis lors tout s’est accéléré. En douze mois, André Grolet a racheté le site des anciennes carrières de pierre de Vinalmont, entre Aywaille et Comblain-au-Pont, et y a installé sa nouvelle brasserie, opérationnelle depuis avril 2018. Dans une deuxième phase, la Brasserie Elfique devrait aussi devenir un lieu touristique.

L’exportation : une belle carte à jouer

Mais pour l’heure, André Grolet se concentre sur le développement de son marché. « Actuellement, je produis environ 1.000 hectolitres par an et exporte environ 10%. Nous aimerions approcher les 5.000 hectolitres dans 5 à 8 ans. C’est ambitieux, mais la carte de l’export peut changer beaucoup. Avec ce nouveau site de production, nous nous donnons les moyens d’accéder au marché national, mais aussi international.»

Vous aussi vous avez une idée, un projet innovant? Découvrez comment nous pouvons vous accompagner

Les commentaires sont fermés.