Spacebel : « Nous n’avons pas d’outils pour réaliser des projections financières comme Cide-Socran »

03.03.17

Spacebel existe depuis plus de 25 ans. Le core business de cette PME de plus de 80 ingénieurs s’adresse aux agences spatiales, aux institutions européennes, aux grandes entreprises aérospatiales et au marché commercial. Il s’agit de la conception et de la mise au point d’infrastructures logicielles pour le domaine spatial.

A ce jour, Spacebel a participé à plus de trente missions satellitaires européennes et compte parmi les leaders européens pour les logiciels de contrôle et les simulateurs de satellites.

« Notre marché se porte bien », commente Nathalie Winandy, Finance & Administration Manager. « Comme il s’agit d’une activité à haute valeur ajoutée, génératrice d’emplois qualifiés et qui a pour but ultime l’amélioration des conditions de vie du citoyen, elle est soutenue par les pouvoirs publics, qui continuent à investir dans le spatial. En 2016 d’ailleurs, notre société a pu se positionner dans une série de nouveaux grands programmes européens. » La croissance est donc assurée pour plusieurs années. Une croissance constante, cependant limitée à une moyenne annuelle de 3 à 5%.

Or, Spacebel vise un taux plus ambitieux. « La seule manière pour nous de croître davantage est de développer l’exportation et d’assurer une croissance externe », poursuit Nathalie Winandy.

En 2014, la société a signé un contrat commercial avec le Vietnam pour livrer un micro satellite destiné à l’observation de la Terre. C’est dans ce contexte qu’elle a fait appel pour la première fois à Cide-Socran en vue d’analyser l’impact de ce projet sur la structure financière de la société.

Même si ce contrat vietnamien n’a finalement pu se concrétiser, Spacebel a continué sur sa lancée et a de nouveau travaillé avec Cide-Socran, notamment pour attirer de nouveaux investisseurs privés. « C’est chaque fois Cide-Socran qui actualise notre plan financier. Je trouve intéressant de les avoir à nos côtés. Je n’ai en effet pas d’outils pour réaliser des projections financières comme eux le font. Ils nous établissent des plans à moyen terme avec la possibilité de simuler facilement les impacts d’un changement d’hypothèse ou de scénario. Je n’ai pas ces outils car ceux-ci ne sont pas nécessaires dans mon job quotidien. »

Nathalie Winandy souligne également le fait que l’intervention de Cide-Socran a permis de mettre en place les coefficients/paramètres habituellement pris en compte par les investisseurs. « Ces paramètres n’intervenant pas forcément dans la gestion journalière de la société, je n’avais pas l’habitude de travailler avec. Mais dans le cadre de la croissance de Spacebel, il était très important de les appréhender. » Elle pointe enfin la faculté d’adaptation de ses interlocuteurs chez Cide-Socran. « Ils comprennent très vite notre business et aussi les infos que je leur apporte. Chaque société fonctionne différemment et ils savent s’adapter. Mon expérience avec eux est donc positive. »