Pôle Image de Liège : Astérix, des idées innovantes et Cide-Socran

03.06.16

Le cinéma fascine ! Certains se représentent l’audiovisuel comme un univers préservé des préoccupations « terre à terre » de n’importe quelle autre entreprise. On y parle pourtant chiffre d’affaires, rentabilité, investissements, formation, besoins en cash-flow…  Des sujets que l’équipe du Pôle Image de Liège (PIL) aborde au quotidien avec la trentaine d’entreprises implantées dans ce centre dédié aux industries créatives. Cédric Iland, directeur commercial du PIL, nous explique pourquoi il travaille avec Cide-Socran. 

PIL

« Depuis deux ans, nous menons une réflexion avec Cide-Socran en vue de développer un business model pour une solution innovante, un nouveau type de montage financier que nous voudrions proposer aux sociétés implantées au PIL », décrit Cédric Iland. « Ce projet a pour but d’apporter une réponse efficace et intéressante aux besoins en cash-flow que rencontrent les producteurs de films en Belgique, où aucune solution structurée n’existe pour l’instant » Pour certains projets audiovisuels, la trésorerie peut constituer un très gros problème compte tenu qu’une bonne partie de l’argent est libérée après la fin du projet.

Cide-Socran a aidé l’équipe du PIL à réaliser une étude de marché et à rencontrer des partenaires potentiels. « Notre secteur reste un marché plutôt composé de PME ‘artisanales’, où il est difficile de trouver des chiffres », poursuit Crédric Iland, à qui Cide-Socran a avant tout apporté une meilleure connaissance des enjeux financiers et des contraintes de son secteur. « Ils nous ont amenés à réfléchir avec plus de pertinence et de rigueur, et nous ont aussi permis de rencontrer des partenaires de qualité. Et à force d’étudier notre projet, Cide-Socran connaît notre métier et notre écosystème. Ainsi nous pouvons directement travailler sur les solutions ».

Cette solution, toujours à l’étude car le secteur connaît pas mal de changements en Belgique, viendra ainsi compléter la palette déjà bien étoffée de prestations que le PIL a développées pour ses clients. Pour rappel, avec ses 20.000 m² dédiés aux industries créatives, le PIL rassemble l’ensemble de la chaîne de services cinéma et télévision : outils de production et studios de tournage – les plus importants de Wallonie – bien entendu, mais aussi des facilités pour tout ce qui concerne la recherche d’aides publiques, la formation et l’activation des financements Tax Shelter pour certains projets ambitieux comme Astérix et le Domaine des Dieux, Minuscule, Pilgrimage…

Une trentaine d’entreprises, des startups aux sociétés ayant pignon sur rue, y sont installées. « De différentes manières, nous faisons aussi en sorte de donner de la visibilité aux entreprises du PIL auprès des donneurs d’ordre. Nous ne remplaçons pas les services commerciaux de celles-ci, mais nous essayons de leur apporter un complément de chiffre d’affaires ». Pour le directeur commercial du PIL, l’expérience de Cide-Socran en matière de développement de startups est également un plus pour les membres du PIL.