Neon Story : « Votre projet vous paraît limpide ? Confrontez-le à des spécialistes ! »

25.04.16

Une soirée de janvier 2015. Une conversation enthousiaste où deux passionnés réinventent le (leur) monde. Un photographe et un architecte amateurs d’art et de design. Le point de départ de Neon Story est aussi simple que cela. Par la suite, les 1001 idées ont failli compliquer les choses. Mais le tandem a fait appel à Cide-Socran pour mettre de l’ordre et se concentrer sur l’essentiel.

Neon Story

Le secteur du mobilier connaît un contexte de forte concurrence internationale. Difficile d’être compétitif dans le bas de gamme. Les entreprises qui marchent doivent développer une forte différenciation. Pour Nemo Welter et Frédéric Lahaut, l’idée s’est vite précisée : ils avaient envie de créer du mobilier haut de gamme qui, grâce à l’impression, combine design et art, et en particulier la peinture contemporaine et la photographie.

Les deux associés ont alors entamé une phase de réflexion pour valider ce qui n’était encore, jusque-là, qu’une intuition. Comment réaliser le projet ? Avec quels moyens ? Quel type de produit développer et pour quel marché ? Combien ce projet coûte-t-il ? « Nous avons commencé par nous renseigner sur les matériaux et avons découvert l’impression sur aluminium, qui donne un rendu incroyable et résistant à la fois. C’est la matière idéale : elle permet aussi bien de faire de l’impression murale que du mobilier », raconte Frédéric Lahaut. Ils se sont ensuite attelés à la rédaction d’un business plan.

« Lorsque le sujet a été assez précis pour confronter toutes nos idées, nous nous sommes tournés vers Cide-Socran, dont j’avais entendu parler dans le cadre de mon parcours à HEC-Entrepreneur. Ils nous ont confortés sur certaines pistes. Leur accompagnement nous a aidés à simplifier le projet. Ils nous ont permis de canaliser nos forces et d’aller à l’essentiel. » Les fondateurs de Neon Story avaient aussi besoin de « conseils adaptés à leur projet pour se retrouver dans la jungle des aides publiques. »

Dans un premier temps, la société a prévu de se concentrer sur le mobilier, numéroté et produit en séries limitées, mais de nombreuses pistes attendent leur tour, notamment les musées qui présentent un potentiel très intéressant pour l’impression haut de gamme, ainsi que le B-to-B. « Notre objectif est de pouvoir se diversifier rapidement pour tirer le meilleur de chaque marché. Par la suite, nous devrons peut-être lever des capitaux. Nous ferons alors appel à nouveau à Cide-Socran. »

Début 2016, le site internet ainsi que le premier meuble, entièrement réalisé en région liégeoise, étaient prêts pour un test grandeur nature sur le marché belge : une table basse modulable. « Nous avons commencé avec six/sept artistes actuels, liégeois et internationaux », explique Frédéric Lahaut. Le prochain défi de Neon Story sera de construire sa notoriété. « Mais notre produit est assez unique sur le marché et les signes sont très prometteurs ! »

Neon Story 2