Diagenode : « Une augmentation de capital est une opération complexe. »

20.05.16

Diagenode et Cide-Socran, c’est une longue histoire, où les collaborations se succèdent et ne se ressemblent pas.  Diagnostic général, structuration des subsides, études de marché… et la dernière mission en date : l’élaboration d’un business plan en vue d’une augmentation de capital qui s’est concrétisée fin 2015.

Diagenode

Créée par Didier Allaer en 2003, Diagenode est une PME en forte croissance. Cette entreprise liégeoise développe, assemble et vend des produits, outils et solutions dans le domaine des sciences du vivant. 92% de ses ventes se font en dehors de la Belgique, et ce via un réseau de distributeurs dans une cinquantaine de pays.

Diagenode occupe une position clé sur deux marchés de niche : d’une part celui de l’épigénétique, la société offre des technologies innovantes (kits, réactifs et équipement) aux centres de recherche et aux sociétés pharmaceutiques. D’autre part, le marché des diagnostics moléculaires. Avec ses kits permettant de détecter les parasites et les maladies infectieuses, la société cible avant tout les laboratoires de biologie clinique. Ces deux pôles historiques de la PME offrent encore de belles opportunités de développement.

A différents stades du développement de son entreprise, Didier Allaer a fait appel aux connaissances à la fois techniques et business des experts de Cide-Socran. En 2015, l’heure était à la réalisation d’un business plan en vue d’une augmentation de capital. Celle-ci a abouti, en décembre 2015, à l’entrée de trois nouveaux actionnaires apportant un total de 5,5 millions d’euros.

« Cette levée de fonds visait plusieurs objectifs », explique l’administrateur délégué, « dont une R&D technologique et le financement de notre développement commercial et marketing. » Notamment sur l’Asie, ainsi que les Etats-Unis, où la société a une filiale et réalise un bon tiers de son chiffre d’affaires. Diagenode a aussi entamé la longue procédure pour l’obtention d’une certification de la Food and Drug Administration. « Nous sommes dans un marché globalisé, et ne pas vendre aux Etats-Unis est un peu comme se couper un bras… »

Cide-Socran a aidé la PME à affiner les hypothèses et à définir une stratégie de développement. En parallèle, Diagenode a mené sa propre recherche de nouveaux investisseurs. Le moins que l’on puisse dire est que les perspectives sont bonnes : « nous pressentons une forte croissance, de l’ordre de 15 à 20% et un chiffre d’affaires qui fera plus que doubler dans les cinq années à venir. »

L’augmentation de capital s’est clôturée par un « Happy End ». Didier Allaer en tire néanmoins des conclusions nuancées : « même si notre société est rentable et dans une situation de croissance, malgré le fait que sur les quatre projets présentés à nos investisseurs potentiels, un seul était risqué, j’ai trouvé qu’une augmentation de capital reste une opération très difficile et complexe », confie l’administrateur délégué.  « Il est donc important de s’entourer de partenaires comme Cide-Socran, qui permettent de réfléchir et de prendre du recul. De plus, l’avantage de Cide-Socran est son orientation régionale. En effet, l’objectif financier n’est pas la seule chose qui compte, selon moi ! Un partenaire soucieux du développement économique de sa région est aussi précieux. »