CMI, partenaire de Cide-Socran depuis ses débuts

09.01.15

L’entreprise sérésienne CMI (Cockerill Maintenance & Ingénierie) fait partie des sociétés ayant conclu avec Cide-Socran un contrat de partenariat qui les engage à fournir à l’organisme liégeois un nombre déterminé de missions par an. Une collaboration fructueuse, qui permet à CMI de renforcer ses équipes sur des besoins spécifiques.

Si Cide-Socran se met en général au service des entreprises selon leurs demandes ponctuelles, l’organisme liégeois entretient avec certaines d’entre elles des relations particulières. CMI fait partie de cette courte liste de partenaires privilégiés. Le groupe sérésien, actif dans la conception, la modernisation et l’entretien d’équipements pour les secteurs de l’énergie, de la défense, de l’industrie et de la sidérurgie, a conclu avec la structure d’accompagnement un contrat de partenariat.

« Les liens sont étroits, confirme Jean Jouet, directeur du développement chez CMI. Nous nous sommes engagés à fournir annuellement un certain nombre de missions correspondant à un volume prédéterminé. » Des missions qui consistent généralement à déterminer si un potentiel nouveau marché pourrait être porteur.

Cide-Socran a ainsi réalisé une étude de marché sur les ORC. Comprenez : les organic Rankine cycles, soit un processus thermodynamique pouvant être utilisé dans l’industrie pour transformer et de valoriser de la chaleur fatale, à basse ou moyenne température, en électricité. « C’est un domaine qui a de l’avenir mais qui a beaucoup de mal à décoller, indique le directeur. Nous avons dès lors demandé à Cide-Socran d’étudier les pistes de développement possibles, comment nous pourrions nous positionner s’il existe bel et bien un marché, etc. »

Autre exemple d’étude de marché confiée à l’organisme d’accompagnement : celle du projet LiCorne portant sur le développement d’un système de graissage manuel intelligent sur des lignes industrielles.

Un projet de recherche qui a abouti, mais il arrive également que les études exploratoires concluent à un avis négatif. « Le marché peut parfois exprimer un besoin mais ne pas être prêt à en payer le prix », résume-t-il.

CMI possède évidemment en interne une équipe capable de réaliser de telles analyses, traiter et récolter des informations. « Notre intelligence commerciale est centrée sur nos marchés spécifiques, traditionnels, dans différentes régions du monde. Des personnes sont spécialisées dans les domaines de la sidérurgie, de l’électricité, de l’énergie… Mais sur les marchés émergents, qui ne font pas encore partie de notre core business, cela devient plus délicat et c’est là que nous sollicitons Cide-Socran, développe Jean Jouet. Puis parfois, le fait de faire interroger nos clients par un interlocuteur indépendant leur permet de dire des choses qu’ils ne nous confieraient pas en face ! »