ASIT biotech : « Un chemin très long qui exige travail et ténacité »

09.09.16

Le développement d’un médicament est une aventure très longue, coûteuse et risquée. Mais les perspectives peuvent être colossales ! ASIT biotech développe un traitement prometteur contre des allergies. A un moment charnière de son développement, Cide-Socran l’a aidée à se procurer les moyens de son ambition.

20151028, Brussel. Portraits ASIt Biotech.

20151028, Brussel. Portraits ASIt Biotech.

Aujourd’hui, l’allergie est considérée comme un problème de santé publique à l’échelle mondiale. C’est une des principales causes d’absentéisme au travail et à l’école, affirme Thierry Legon, fondateur et administrateur délégué d’ASIT biotech. Or, les réponses médicales existantes sont loin d’être optimales : il existe d’une part des médicaments qui agissent sur les symptômes mais sans impact sur les causes et avec une efficacité relative. « Quant aux médicaments s’appuyant sur le principe de la mithridatisation, à savoir l’administration de doses croissantes des substances allergéniques afin d’acquérir une insensibilité vis-à-vis de celles-ci, ils ont une bonne efficacité mais le traitement est fort long et lourd, si bien que beaucoup de patients les abandonnent avant leur fin», explique l’administrateur délégué.

C’est ici qu’ASIT biotech intervient. Cette société biopharmaceutique belge s’est spécialisée dans la recherche et le développement d’une nouvelle génération de produits d’immunothérapie pour le traitement des allergies. Elle est actuellement le seul développeur d’immunothérapies allergéniques à base d’un mélange unique de fragments d’allergènes naturels hautement purifiés et de taille optimale. Le résultat de cette innovation est un traitement de courte durée, ce qui devrait améliorer l’observance du traitement par les patients et son efficacité dans la vie réelle.

« Pour arriver à ce résultat, le chemin a été long. Il a fallu beaucoup tester et accepter de se tromper avant de trouver la bonne voie », confie Thierry Legon. Mais après huit années de R&D, ASIT biotech est maintenant au stade ultime du développement clinique de son premier traitement d’immunothérapie pour la rhinite aux pollens de graminées. Si tout va bien, elle pourra passer à la commercialisation en 2018.

Aujourd’hui ASIT biotech fait la course en tête suite aux résultats cliniques négatifs de ses deux principaux concurrents. « Nous restons confiants parce que les résultats que nous avons obtenus en phase 2B sont très positifs », souligne Thierry Legon.  « Parallèlement, nous développons sur la base de la même technologie des traitements pour d’autres allergies au potentiel très important, comme la rhinite aux acariens. »

C’est en 2014 que Thierry Legon a rencontré Cide-Socran pour la première fois. « Fin 2014, les résultats de la phase 2B ont été positifs et nous devions lever du capital pour démarrer la phase 3. Cide-Socran nous a aidés à valider notre plan d’affaires présenté à nos futurs investisseurs. » ASIT biotech a alors accueilli dans son capital tour à tour Meusinvest, puis la SFPI. En mai 2016, la société a franchi un cap supplémentaire en entrant en bourse.

« Cide-Socran a été un catalyseur à un moment charnière pour nous. Ils nous ont permis de préparer le Business Plan et de le valider. De plus, ils nous ont aussi permis d’être en contact avec différents professeurs de l’Université de Liège qui ont crédibilisé le projet. Nous sommes dans un monde extrêmement compétitif. Cela exige travail et ténacité. Avoir un acteur qui donne un avis indépendant et neutre est donc très précieux. »